Ajustement au recentrage de la déduction pour petite entreprise (DPE) vers les sociétés des secteurs primaire et manufacturier

Dans le budget du Québec de 2015, des modifications ont été annoncées à la DPE et des critères de qualification été annoncés exigeant que la société emploie pendant toute l’année dans son entreprise plus de trois employés à plein temps. Ce critère de qualification sera remplacé par un critère de qualification portant sur le nombre minimal d’heures travaillées.

De façon plus particulière, une société respectera, pour une année d’imposition, le critère de qualification portant sur le nombre minimal d’heures travaillées si, selon le cas :

  • soit au cours de cette année d’imposition, ses employés ont effectué au moins 5 500 heures de travail;
  • soit au cours de l’année d’imposition précédente, les heures effectuées par ses employés et ceux des sociétés auxquelles elle est associée totalisent au moins 5 500 heures de travail.

À l’égard de ce critère :

  • un maximum de 40 heures par semaine par travailleur pourra être considéré;
  • les heures travaillées devront être payées au moment de la demande de la DPE;
  • les heures travaillées auprès d’une société par une personne participant à son action­nariat seront également comptabilisées, sans égard au fait qu’elles soient rému­nérées ou non;

Le nombre de 5 500 heures qui s’applique à l’année courante sera basé sur une année d’imposition complète et ce seuil sera réduit proportionnellement dans le cas d’un exercice court. Le taux de DPE dont pourra bénéficier une société pour une année d’imposition sera réduit linéairement entre 5 500 heures et 5 000 heures, et il sera nul à 5 000 heures ou moins.

Les modifications à la DPE s’appliqueront à une année d’imposition qui débutera après le 31 décembre 2016.

Reer ou hypothèque

Prendre un REÉR ou payer son hypothèque… Telle est la question !

Reer ou hypothèqueVoici un guide pour vous aider à prendre la bonne décision !

La fin de l’année est enfin passée ainsi que toutes les obligations s’y rattachant. C’est donc le moment de passer aux choses sérieuses. La date butoir pour la production des déclarations  d’impôts personnelles approche à grands pas. Vous avez miraculeusement réussi, malgré tout, à mettre un peu d’argent de côté. Et, évidemment, en gestionnaire sérieux que vous êtes, vous ne songez pas à la « dolce vita » immédiate, mais plutôt à vous assurer d’en avoir une beaucoup plus longue et confortable plus tard dans votre vie. Vous vous posez donc la question à savoir si vous devriez investir votre pécule dans votre REÉR ou plutôt payer votre hypothèque.

Les deux philosophies ont leurs avantages :

Contribuer au maximum de ses REÉR pour retarder l’imposition ?

  • En effet, un REÉR retarde l’imposition d’un montant que vous avez gagné et permet d’obtenir un rendement sur de l’argent qui autrement aurait été payé en impôt. C’est le principe de l’impôt différé à un moment où votre taux d’imposition sera plus bas.

Rembourser l’hypothèque prioritairement ?

  • Un remboursement hâtif de l’hypothèque fait économiser des intérêts non déductibles et permet de réduire la charge globale des intérêts à payer.

Deux angles : votre situation personnelle et le contexte économique

Dans un monde idéal, vous auriez suffisamment de moyens pour faire les deux. Cependant, dans la vraie vie, tous n’ont pas cette capacité.  Donc, si vous êtes une personne qui s’intéresse peu au marché financier, et à ses activités, et qu’investir à la Bourse vous insécurise, vous pouvez très bien décider de rembourser votre prêt hypothécaire et ainsi avoir la tête tranquille. Par contre, lorsque les taux d’intérêt sont bas et que le marché boursier est en hausse, il est avantageux de maximiser son REÉR afin de profiter de l’effet de l’intérêt composé.  Un autre facteur à prendre en compte est votre âge : si la période d’amortissement de votre hypothèque se termine après que vous avez pris votre retraite, vous préférerez sans doute finir de payer votre maison au plus vite afin de ne plus avoir cette dette une fois les grandes vacances arrivées.

Finalement : une question de priorité financière !

Il n’y a malheureusement pas de recette magique. Il n’y a pas non plus de réponse simple. Tout dépend de vos priorités. Cependant, une chose est certaine : la meilleure stratégie serait de contribuer à votre REÉR et d’ensuite utiliser vos remboursements d’impôts pour effectuer un versement sur votre hypothèque. En cas de doute, vous devriez consulter votre conseiller financier.

Vous pouvez compter sur nous, nous vous aiguillerons avec vos questions concernant les contributions REÉR ou autres!

Bonne réflexion !

 

Gains en capital- planification- TLC

Les gains en capital vs les impôts : planifiez votre fin d’année!

À ne pas oublier pendant la folie des préparatifs de Noël.

Gains en capital- planification- TLCLa fin de l’année arrive à grands pas. Il faut donc commencer à penser à notre déclaration d’impôt et se préparer en conséquence… RÉER… Gain en capital… Autant des sujets de réflexion que nous nous devons de faire. Nous reviendrons sur les RÉER puisque nous avons encore du temps devant nous. Par contre, si vous avez réalisé des gains en capital durant l’année, il serait bon de voir dès maintenant ce qui peut être fait pour les diminuer et épargner ainsi de l’impôt. C’est le moment d’y penser, car les actions requises ne sont pas rétroactives, seules les dates de transaction font foi de preuve pour les agences de revenus.

Propriétaire d’actions en bourse?

Vous détenez des actions, mais malheureusement celles-ci ont baissé de façon appréciable. En bon investisseur que vous êtes, vous serez tenté des les conserver jusqu’à ce qu’elles remontent. Eh bien, détrompez-vous! C’est un excellent moment pour les vendre. Oui, à perte… En effet, les pertes réalisées peuvent servir à annuler les gains en capital accumulé pour l’année. Les ventes à perte à des fins fiscales se font généralement à la fin de l’année puisque c’est à ce moment que vous connaissez votre gain en capital imposable. Les pertes en capital sont alors déduites des gains en capital ce qui permet de diminuer votre gain en capital imposable. Ainsi vous transformez une perte en plus-value tout en vous faisant économiser de l’impôt. Voilà qui est rare. Il serait indiqué d’en profiter.

Des règles administratives à connaître

Mais voilà, vous êtes déçu de vous en départir, car vous aviez confiance dans ces titres malgré la baisse de leurs valeurs. Ne vous en faites pas. Vous pourrez les racheter. Mais faites attention, car la loi stipule que les actifs ne doivent pas être rachetés dans les 30 jours avant ou après la vente. Cette règle prévaut aussi pour votre conjoint, une société dont vous détenez le contrôle ou une fiducie dans laquelle vous avez un intérêt bénéficiaire, y compris un RÉER.

Conseil d’ami: avant de racheter, consultez un conseiller financier accrédité

En terminant, il est important de savoir qu’une transaction de vente à perte à des fins fiscales doit être réglée avant le dernier jour ouvrable de l’année. Et comme nous savons qu’il faut généralement une période de 3 jours ouvrables pour le règlement d’une vente, la date limite serait donc la veille de Noël. Quand même facile à se souvenir. C’est pourquoi nous parlons de planification fiscale, parce que la fiscalité il faut la planifier. Il n’y a rien de plus payant et facile à faire lorsque nous sommes prévoyants. Pourquoi payer des impôts inutilement, sachant que vous pouvez optimiser votre fiscalité?

Vous pouvez compter sur nous, nous vous aiguillerons avec vos questions concernant les gains en capital ou autres!

 

Entrepreneur promesse contre les pièges

Vous êtes entrepreneur ou songez à le devenir?

Entrepreneur promesse contre les piègesVoici les 7 pièges les plus courants et les conseils pour les éviter!

Chaque jour, nous côtoyons des entrepreneurs, comme vous, qui nous rappellent que la tâche est souvent plus lourde que nous l’imaginons!

Premier conseil : Ne sous-évaluez pas le travail qui est devant vous, autant pour démarrer que pour faire croître votre entreprise. Relevez vos manches et foncez sans toutefois perdre la tête!

Voici donc les sept pièges les plus fréquents, mais surtout comment les éviter. Il serait donc important de ne pas oublier:

  1. De vous accorder le temps de réfléchir avant d’agir. Bien planifier les tâches, les besoins et les étapes pour y arriver évite de commettre des erreurs qui sont source de perte de temps et d’argent. Deux ressources dont vous ne disposez pas toujours en grande quantité, mais qui sont le nerf de la guerre. Il est donc primordial de ne pas les gaspiller!
  2. De prendre le temps de recharger vos batteries. En tant qu’entrepreneur vous êtes constamment sollicité de tous côtés. Il y a des tonnes de boulot à accomplir. Si vous manquez de jus, vous ne serez pas très avancé. Il est donc préférable de s’accorder le temps requis pour se reposer et refaire le plein.
  3. De continuer à profiter de vos enfants et de votre vie familiale. Les enfants grandissent vite. Ne manquez pas cette période importante de leur vie et de la vôtre. Votre vie familiale est importante pour vous permettre de décrocher et de vous détendre. Votre entreprise ne devrait pas vous empêcher de vivre, mais bien vous permettre de le faire mieux. Et il n’y a qu’un secret pour y parvenir: l’organisation!
  4. D’allonger vos heures de travail seulement lorsque c’est vraiment nécessaire. Votre énergie est une ressource qui a des limites et vous en avez grand besoin. Il faut donc se méfier des journées de vingt heures et des semaines de quatre-vingts heures. De toute façon, après un certain temps, les heures supplémentaires ne sont plus productives et souvent le travail doit être refait. Une bonne planification est plus indiquée lorsqu’on a un délai serré ou une grande quantité de travail. Donc, les heures « supp », à n’utiliser qu’avec circonspection.
  5. De conserver votre créativité: c’est votre plus grand atout. Ne la tuez pas en « surtravaillant » puisque c’est elle qui vous permettra d’avancer. Vous avez besoin d’avoir de nouvelles idées tant au niveau de l’organisation du travail que du marketing, soit pour être plus productif ou pour vous démarquer dans votre domaine. C’est votre créativité qui vous mènera vers la croissance que vous voulez obtenir. Vous avez donc besoin d’avoir les idées claires afin de pouvoir penser et prendre des décisions cruciales. Et, malheureusement, on ne réfléchit pas aussi bien quand on est trop fatigué. Pensez-y!
  6. De vous assurer d’être prêt à passer du rôle d’homme-orchestre à celui de chef d’orchestre au rythme de la croissance de votre entreprise. Bien sûr, au début, l’entrepreneur que vous êtes doit mettre la main à la pâte et souvent s’occuper des tâches même les plus saugrenues. Par contre, au fur et à mesure que votre compagnie croît, il faut savoir déléguer afin de pouvoir vous concentrer sur votre principale occupation, c’est-à-dire la gestion de votre boîte. Mieux vous gérerez, plus elle grandira, et moins d’opérations journalières vous incomberont vous laissant ainsi tout le temps dont vous avez besoin pour vous en occuper de façon plus productive.
  7. D’exiger toujours le meilleur de vos employés, et non pas le strict minimum. Ils sont votre base et ils se doivent d’être solides afin de bien vous épauler. Démontrez que vous leur faites confiance en les responsabilisant. Ne gardez pas un employé qui ne vous donne pas entière satisfaction. Il n’est probablement pas à sa place de toute façon. Tout le monde en sortira gagnant.

 

Vous avez d’autres conseils à partager? N’hésitez pas à enrichir cette discussion, nous aimons vous lire. Nous vous suggérons de télécharger l’image de ce blogue intitulée « promesse à l’entrepreneur en moi », question ne pas oublier les engagements envers votre succès. Faut-il le rappeler, le succès n’est pas une destination, c’est une attitude!

guide fiducies et planification fiscale

Petit guide pratique: les fiducies et la planification fiscale (les fiducies non testamentaires).

Guide fiducies non testamentaire et planification fiscaleLes gens se demandent souvent ce qu’est une fiducie et ce qu’elle peut leur apporter dans le cadre de leur planification fiscale personnelle et de leur entreprise. Dans cet article, nous parlerons seulement des fiducies non testamentaires. Alors que dans un prochain article nous parlerons des fiducies testamentaires.

Qu’est-ce qu’une fiducie?

Une fiducie est un contrat entre trois intervenants : 1. le constituant; 2. le ou les fiduciaires; 3. et les bénéficiaires.

1. Le rôle du constituant se limite à la mise en place de la fiducie, par la suite il n’aura plus aucun rôle à jouer.

2. Le fiduciaire, quant à lui, assure la gestion de la fiducie et détient la propriété juridique des biens de celle-ci pour le compte d’autres membres désignés comme bénéficiaires. Ainsi, c’est le fiduciaire qui peut exercer le droit de vote rattaché aux actions détenues par la fiducie. Toutefois, il est important de noter que le fiduciaire a l’obligation d’agir conformément à l’acte de fiducie et selon le meilleur intérêt des bénéficiaires.

3. Finalement, les bénéficiaires sont les personnes qui peuvent recevoir les revenus ou le capital de la fiducie.

Il est important de retenir qu’un fiduciaire, qui est également bénéficiaire de la fiducie, ne peut agir seul. Dans un tel cas, le fiduciaire devra être assisté par un cofiduciaire indépendant, c’est-à-dire, n’étant pas bénéficiaire, ni constituant. Ensemble, ils bénéficient d’une grande discrétion sur les questions concernant la gestion des biens, l’attribution du revenu et du capital aux bénéficiaires.

Avantages de la fiducie

Une des beautés d’une fiducie est que lorsqu’elle distribue des revenus à ses bénéficiaires, elle ne modifie pas la nature du revenu. Par exemple, si une fiducie gagne un gain en capital, admissible à l’exemption du gain en capital sur la vente d’actions de petite entreprise, lors de la distribution, les bénéficiaires recevront un gain en capital admissible à l’exemption du gain en capital sur la vente d’actions de petite entreprise.

1- L’exonération de gain en capital

Chaque bénéficiaire ayant reçu un revenu gagné par la fiducie a le droit de réclamer, sur le gain en capital qui lui est attribué, une exonération de 750 000 $ relativement à des actions qui remplissent les conditions prévues aux lois fiscales. Dans l’optique où l’on veut maximiser cette exonération, la fiducie pourra distribuer une portion du gain en capital au moment de la vente de ses actions. Autrement dit, l’avantage réside dans le fait qu’il est alors possible de multiplier l’exonération pour le gain en capital de 750 000 $ par le nombre de bénéficiaires faisant en sorte que chacun d’entre eux puisse recevoir le gain en capital libre d’impôt.

2- La stratégie du fractionnement du revenu

Par le biais de la fiducie, il est possible de se prévaloir de l’avantage du fractionnement des revenus réalisés par la fiducie entre les bénéficiaires. Si vous distribuez des revenus à vos enfants, ces derniers sont susceptibles d’avoir un taux d’imposition moindre que la personne qui aurait détenu les actions directement et, de ce fait, il peut y avoir une économie d’impôt importante.
Toutefois, notons que les dividendes de sociétés privées, attribués à un enfant mineur par une fiducie, sont assujettis à l’impôt sur le revenu fractionné au taux marginal maximum des particuliers, voire 48 %. Cependant, cette règle exclut les intérêts et les gains en capital réalisés par la fiducie. C’est pourquoi, il est recommandé d’attribuer ce type de revenu aux enfants mineurs, et de verser les dividendes aux autres bénéficiaires, le conjoint et/ou les personnes d’âge majeur.

De plus, il existe des économies fiscales considérables pour l’allocation d’un revenu de fiducie à l’enfant majeur pour des frais de subsistance, comprenant les frais reliés à son éducation. Cette allocation permet de réduire la charge fiscale puisqu’elle résulte du revenu de la fiducie plutôt que de votre revenu après impôt.

3- Le patrimoine distinct

La fiducie possède un patrimoine distinct de ses intervenants. Ses seuls créanciers sont ceux avec qui elle a transigé, limitant ainsi sa responsabilité. Dans une fiducie familiale, où le conjoint et les enfants sont généralement les bénéficiaires, il serait intéressant de transférer la résidence familiale et tous actifs substantiels (résidences principales et secondaires, placement hors REER, véhicules, etc.) puisqu’ils seront protégés des créanciers.

4- L’économie d’impôt au décès

De façon générale, lorsqu’un particulier décède, les actions qu’il détient dans une société privée, tout comme ses autres actifs, sont disposées à juste valeur marchande, à l’exception des biens transférés au conjoint ou à une fiducie créée en faveur du conjoint.

En conséquence, une imposition d’environ 24 % serait calculée sur toute plus-value accumulée sur les actions. C’est pourquoi la détention d’actions de société privée par la fiducie familiale offre l’occasion de contourner cette situation, car l’intérêt dans une fiducie ne fait pas l’objet de cette disposition réputée au décès.

Toutefois, il est important de noter que toute fiducie familiale est assujettie à la règle de disposition réputée applicable au 21e anniversaire de sa création. En guise de solution, il serait alors opportun de remettre les biens aux bénéficiaires avant l’échéance des 21 ans.

5- Facile à gérer

Dans la plupart des cas, il est relativement facile de gérer et produire les déclarations fiscales d’une fiducie. Dans la majorité des cas, les revenus seront redistribués aux bénéficiaires. Vous devrez émettre des feuillets T3, et remplir la déclaration fiscale annuelle de la fiducie.

En conclusion, la création d’une fiducie permet une meilleure planification fiscale, en plus de protéger vos actifs contre des créanciers.

Consultez-nous il nous fera plaisir de vous aider à l’établissement d’une structure simple et efficace ou posez vos questions, ou laissez des commentaires, nous aimons échanger avec vous!

Budget provincial 2014- PME Technologiques

Budget du Québec 4 Juin 2014

Budget provincial 2014- PME Technologiques

Découvrez les éléments importants du budget provincial pour les entreprises technologiques

1. Taux d’imposition des sociétés

Mesures actuelles

Mesures proposées

Réduction du taux d’imposition pour les PME manufacturières
  • Taux général d’impôt des sociétés: 11,9%
  • Taux applicable sur les premiers 500 000 $ de revenus d’une PME (en raison de la déduction pour petites entreprises): 8 %
Déduction additionnelle applicable aux revenus imposables à 8 % des PME manufacturières:

  •     d’au plus 2 % pour une année terminée après le 4 juin 2014
  •     d’au plus 4 % pour une année terminée après le 31 mars 2015

« PME manufacturières »: société dont au moins 25 % des activités sont en fabrication et transformation pour une année donnée

Taux de déduction additionnel:

  •    calculé selon la proportion des actifs et de la dépense de main-d’œuvre attribuable à de la fabrication et à de la transformation
  •    maximum atteint lorsque la proportion des activités de fabrication et transformation est de 50 % ou plus

2. Crédit d’impôt pour la recherche scientifique et développement expérimental

Mesures actuelles

Mesures proposées

Réduction du taux de crédit d’impôt R-D salaire:

  • Taux de base du crédit: 17,5 %
  • Taux applicable aux PME: entre 17,5 % et 37,5 %
R-D salaire:

  • Taux de base réduit à 14 %
  • Taux pour les PME: entre 14 % et 30 %
R-D universitaire:

  • Taux du crédit: 35 %
R-D universitaire:

  • Taux du crédit réduit à 28 %
Recherche précompétitive en partenariat privé:

  • Taux du crédit: 35 %
Recherche précompétitive en partenariat privé:

  • Taux du crédit réduit à 28 %
Cotisation versée à un consortium de recherche:

  • Taux du crédit: 35 %
Cotisation versée à un consortium de recherche:

  • Taux du crédit réduit à 28 %
Abolition de la bonification du taux pour les sociétés biopharmaceutiques admissibles
  • Taux du crédit: entre 17,5% et 27,5%

Obtention nécessaire d’un certificat initial et d’une attestation annuelle d’Investissement Québec

  • Taux du crédit: entre 22% et 30%

Un certificat initial ne peut être demandé après le 3 juin 2014

Aucune attestation annuelle ne sera délivrée pour une année d’imposition qui débutera après le 4 juin 2014

Date d’application Applicable:

  • aux dépenses engagées après le 4 juin 2014
  • aux dépenses dans le cadre d’un contrat de recherche conclu après le 3 juin 2014

 3. Crédit d’impôt remboursable pour le développement des affaires électroniques

Mesures actuelles

Mesures proposées

Réduction du taux du crédit
  • Taux du crédit: 30%

 

  • Taux du crédit réduit à 24%

Applicable aux salaires engagés après le 4 juin 2014

 

Annulation de la hausse du plafond annuel par employé prévue pour 2016
  • Plafond majoré à 22 500$ à compter du 1er janvier 2016
  • Plafond maintenu à 20000$

 

 

 

 

 

 

 

 

4. Crédit d’impôt remboursable relatif à l’intégration des technologies de l’information pour les PME manufacturières

Mesures actuelles

Mesures proposées

Abolition du crédit Crédit de 25 % des frais relatifs à un contrat d’intégration de TI admissible à l’égard duquel Investissement Québec a délivré une attestation Une attestation ne peut être demandée après le 3 juin 2014

5. Réduction des crédits d’impôt remboursables destinés aux entreprises

      Mesures actuelles

Mesures proposées

Crédit d’impôt pour services d’adaptation technologique
  • Taux du crédit: 50%
  • Taux du crédit réduit à 40 %

Applicable aux dépenses engagées après le 3 juin 2014, dans le cadre d’un contrat admissible conclu après le 3 juin 2014

Crédit d’impôt pour le design
  • Taux de base du crédit: 15%
  • Taux de base réduit à 12%
  • Taux applicable aux PME: entre 15% et 30%
  • Taux pour les PME: entre 12% et 24%

Applicable:

  • aux activités admissibles réalisées après le 3 juin 2014 en vertu d’un contrat de consultation externe conclu après le 3 juin 2014
  • aux dépenses de salaires engagées par une société après le 4 juin 2014 à l’égard des designers et des patronnistes à son emploi
Crédits pour la production de titres multimédias Titre multimédia destiné à une commercialisation et qui n’est pas un titre de formation professionnelle

  • Taux de base: 30%
  • Prime au français: 7,5%
Titre multimédia destiné à une commercialisation et qui n’est pas un titre de formation professionnelle

  • Taux de base réduit à 24%
  • Prime au français réduite à 6%
Autre titre multimédia, incluant un titre de formation professionnelle

  • Taux du crédit: 26,25%
Autre titre multimédia, incluant un titre de formation professionnelle

  • Taux du crédit réduit à 21%

Applicable:

  • aux dépenses de main-d’œuvre engagées après le 4 juin 2014
  • aux dépenses de main-d’œuvre engagées après le 3 juin 2014, dans le cadre d’un contrat admissible conclu après le 3 juin 2014

Reer petit

Les REER est-ce pour vous?

largeLes REÉR

Les REÉR sont un acronyme pour Régime Enregistré d’Épargne Retraite. Tout le monde en entend parler mais peu de gens comprennent réellement leur fonctionnement ainsi que leurs avantages.

Un REÉR c’est quoi?

Pour mieux comprendre ce qu’est réellement un REÉR, je vais vous l’expliquer d’une autre façon que celle que vous entendez à tous les jours. Un REÉR ne vous fait pas sauver d’impôt, mais c’est plutôt une coquille qui vous permet de mettre un montant que vous avez gagné durant l’année sans que ce revenu ne soit imposé. Par exemple: si vous gagnez un revenu de 60 000$ et que vous mettez un 10 000$ dans un REER, le gouvernement vous impose sur le 50 000$ (60 000$ – 10 000$) et ne vous impose pas tout de suite sur le 10 000$ restant. Ainsi,vous n’avez pas économisé l’impôt sur le 10 000$ mais vous l’avez plutôt retardé jusqu’au retrait de ce montant de votre REÉR.

Donc, on disait qu’un REÉR est une coquille dans lequel on peut y transférer des montants à l’abri de l’impôt. Le but de mettre de l’argent dans le REÉR est ensuite de le faire fructifier en y achetant des placements.  Ainsi dans notre REÉR on pourra y acheter des certificats de placement garanti émis par les banques, des fonds mutuels ou des actions de sociétés privées ou publiques.

Donc, si le REÉR est une coquille d’automobile, les placements sont le moteur de cette automobile. Car les gens semblent souvent confondre le REÉR avec le genre d’investissement que l’on met dans notre REÉR.

Le pour et le contre du REÉR

Vous devez vous dire en ce moment, pourquoi mettre de l’argent dans un REÉR si je ne sauve pas vraiment d’impôt, car quand je vais le retirer je vais être imposé sur le montant que j’ai mis dans le REÉR en plus des revenus que j’aurai gagné dans le REÉR.

Comme je vous disais auparavant, une bonne planification fiscale est souvent de retarder l’impôt et non de l’éviter. Regardons un exemple de l’avantage d’avoir un REÉR :

 

Avec REÉR                 Sans REÉR

Année 0

Revenus                                                                                             10 000$                          10 000$

Impôts (45%)                                                                                              0$                          -4 500$

Solde                                                                                                   10 000$                            5 500$

Année 1

Rendement (5%)                                                                                 500$                               275$

Impôt sur le rendement (45%)                                                           0$                              -124$

Solde                                                                                                   10 500$                            5 651$

Année 2

Rendement (5%)                                                                                 525$                               282$

Impôt sur le rendement (45%)                                                           0$                              -127$

Solde                                                                                                   11 025$                            5 802$

Année 3

Rendement (5%)                                                                                 551$                               290$

Impôt sur le rendement (45%)                                                           0$                              -130$

Solde                                                                                                   11 576$                            5 962$

Année 4

Rendement (5%)                                                                                 578$                               298$

Impôt sur le rendement (45%)                                                           0$                               134$

Solde                                                                                                   12 154$                            6 126$

Année 5

Rendement (5%)                                                                                 608$                               306$

Impôt sur le rendement (45%)                                                           0$                              -138$

Solde                                                                                                   12 762$                             6294$

Moins : Impôt si on retire le REÉR (45%)                                 5 742$                                    0$

 

Solde après 5 ans                                                                              7 020$                            6 294$

 

Donc même si on ne garde notre argent dans un REÉR que pendant cinq ans, on voit l’avantage que cela nous rapporte. Imaginez maintenant l’impact pour  une période de 30 ans.

http://www.dreamstime.com/stock-image-calculator-d-person-talking-to-speaker-image30990481

Un nouveau blogue sur la comptabilité et fiscalité!

http://www.dreamstime.com/stock-image-calculator-d-person-talking-to-speaker-image30990481Nous vous remercions de votre patience. Nous préparons avec soin notre prochain blogue qui parlera de la comptabilité, la tenue de livres, les mesures fiscales, les crédits d’impôts à la recherche et au développement et plus encore.

Votre intérêt est notre seule motivation, alors n’hésitez pas à partager vos questionnements et vos commentaires!

L’équipe de TL Comptables!